Matériaux utilisés

Fourrures

Quand j’ai commencé à confectionner mes sacs, j’utilisais exclusivement les cuirs et fourrures que je trouvais. J’ai fait le tour du grenier, des boîtes qu’on empile au fil des ans. J’ai contacté ma famille, mes amies et je me suis mise à faire le tour des comptoirs vestimentaires. C’est fou ce qu’on peut dénicher en fouinant un peu, si bien que j’ai accumulé un immense trésor. Des manteaux de raton laveur, de mouton de Perse noir, de loutre, de renard roux, des cols de renard argenté, de renard de l’Arctique, des peaux de castor que mon amie Charlotte m’a si gentiment cédées se sont accumulés sur la table de mon atelier. Puis, se sont ajoutés tous ces manteaux de cuir très souples, ces jupes de suède mises de côté, ces pantalons qui n’étaient plus à la mode, ces peaux qui dormaient au fond d’une boîte.

Mais j’avais envie d’y ajouter quelques matières qui distingueraient mes créations.

Avez-vous déjà observé de près des plumes de dindon sauvage? Elles sont tout simplement magnifiques. Je les utilise avec parcimonie puisque la matière est plutôt rare, mais elles prennent leur place sur mes sacs pour ajouter une touche de légèreté, d’élégance.

J’aurais pu utiliser des boucles de métal pour fixer les sangles au sac à main, mais comme mon conjoint est facteur d’arcs traditionnels et que sa matière première est le bois, je lui ai confié la réalisation de mes boucles. Tantôt c’est une boucle de noyer cendré, de cocobolo, d’acajou, de chêne, de lacewood, d’érable figuré, de bubinga, d’osage. Cela pourrait aussi être des bois de cerf qu’on polit et qui ressemblent à de l’ivoire. Tout est possible. Les boucles qui garnissent mes sacs sont donc travaillées artisanalement avec soin et originalité, et le choix des bois utilisés est fonction de la couleur du sac, de l’inspiration de l’artisan.

Enfin, sur les sacs plus élaborés, je confectionne de petits bijoux faits de billes de verre, de perles , de fil de laiton, d’argent, de fourrure ou de plumes.

L’intérieur des sacs est souvent réalisé à partir de tissus que j’ai récupérés en défaisant les manteaux de fourrure. Ces tissus d’une grande beauté aux motifs brodés apportent un cachet particulier quelque peu suranné.

J’ai un profond respect pour les petites et grosses bêtes qui vivent dans nos forêts. Aussi toutes les fourrures utilisées ont été récupérées et nettoyées. Je leur donne une seconde vie en les transformant en objets utiles, élégants et originaux.

Le cuir utilisé provient en partie de pièces récupérées. Toutefois, je dois acheter des peaux puisque j’utilise les cuirs en plus grande proportion.

Quand je m’installe à ma table de travail, j’étale ça et là des pièces de cuir , de fourrure. C’est souvent la fourrure qui m’inspire le style du sac à créer. Je passe souvent des heures à associer les matières, à déterminer les parures qui garniront le sac à main, et bien qu’il soit possible de réaliser un sac à main en plusieurs exemplaires, j’aime bien que chaque création soit unique. Il y a donc toujours un p’tit quelque chose qui le distingue du précédent.

Toutes les étapes de réalisation apportent une grande source de satisfaction. Toutefois, ma plus grande satisfaction demeure la réaction des gens lorsque je leur présente l’objet terminé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>