Juste à temps pour Noël

Voici mon plus récent sac fait de cuir de couleur tan à partir de cuir de vache et de buffle. De taille moyenne, il est parfait pour toutes vos sorties. La longue bandoulière ajustable permet de porter le sac tantôt en bandoulière, tantôt à l’épaule.

Toutes les coutures sont réalisées au point sellier.

Autres photos : SAH-41

dsc04350

Le buffle à l’honneur

Le cuir de buffle est singulier. À la fois épais et souple , il présente une texture qui permet de réaliser des sacs qui ont du chien (pour ne pas dire du buffle)

Fait entièrement de cuir de buffle noir, la fourrure de renard de Magellan (recyclée) ajoute  une touche d’exotisme, les coutures lacées, un retour à la tradition.

Buffle noir-renard de MagellanCoutures lacées

Everglades- Version fourrure

Pour les amoureux de l’hiver (Il y en a) voici le version Fourrure du sac Everglades. En fait, c’est un design différent, mais c’est le même cuir tout aussi luxueux. J’ai utilisé une fourrure de Pékan ( faites une petite recherche sur Google) qui m’a été donnée il y a quelques années.

dsc04162

Autres photos : Everglades fourrure

Une autre petite merveille

On pourrait croire que je fais preuve de prétention. Peut-être. Mais je ne peux m’empêcher de trouver mon tout dernier sac absolument parfait et magnifique !

baluchon10

Le voici !

baluchonvert3

Autres photos SAH-37

Couleur vive et acidulée pour accueillir le printemps

Un sac rafraîchissant, non ? Un jeans, des sandales , des verres fumés. Un look décontracté assuré !

Autres photos : SP-20

DSC03645 (2)

collectif (2)

Le loup …marin

Quand j’étais jeune – oui, je l’ai déjà été – j’ai eu le bonheur de porter des bottes de loup marin. Ce sont des bottes que ma grande soeur Rachel portait bien avant moi et qui avaient conservé toutes leurs qualités même 10 ans plus tard.

Aujourd’hui, madame Bardot peut bien s’en offusquer, mais  je renoue avec cette noble matière bien de chez nous. En réalité, pas tout à fait car ma peau de loup marin provient de Norvège ! Eh oui !   Alors que les chasseurs de phoque du Québec se plaignent de ne pouvoir vendre leurs pelleteries, les peaux que mon distributeur me vend proviennent de Norvège. Pouvez-vous y comprendre quelque chose ?

N’y a -t-il pas un certain paradoxe ?

La question est posée !

Voici la petite merveille que j’ai créée avec cette matière absolument divine, d’une douceur incomparable. Il est certain  que je vais récidiver. Je suis persuadée que le phoque québécois est d’une plus grande distinction. Un peu de chauvinisme ne fait pas mourir !

combineloupmarin (2)

 

DSC03593

Autres photos SAH-36 Cuir noir et loup marin

L’art de se compliquer la vie

Ce qu’il y a de merveilleux dans la maroquinerie, c’est qu’il y a toujours quelque chose à apprendre. Les limites, on se les impose parce qu’il faut maîtriser cet art petit à petit. Récemment, j’ai commencé à teindre mes cuirs afin d’obtenir des couleurs uniques. A priori, on pourrait croire qu’il est très simple d’appliquer une couleur. En soi, c’est vrai ! La difficulté vient du fait que la peau du cuir est poreuse, et sa surface inégale fait en sorte que la teinture ne réagit pas uniformément. De plus, selon la nature de la peau (veau, vache), la teinture sortira différemment. Puis, il y a toutes ces gammes de teintures (aniline, huile, alcool) C’est tout un monde à expérimenter. Pas surprenant que de nombreux maroquiniers utilisent des peaux déjà teintes. Mais explorer cet aspect du travail de maroquinerie est très excitant malgré le stress que cela engendre. L’erreur coûte cher ! Voici donc mon plus récent sac. Évidemment, j’ai réalisé la teinture.

 

DSC03448 (5)

 

 

 

 

 

 

 

 

SP-19 Baluchon bleu et tan 650 $ CND

 

Photos  SP-19 Baluchon bleu et tan

Récolte d’aubergines

Les aubergines, j’adore !

Aubergine, tomate, aubergine, mozarelle en alternance, le tout relevé de romarin et de parmesan, c’est tout à fait délicieux et tellement méditerranéen. Mais là n’est pas mon propos.

Ce sac à main, le premier de la saison automnale, est réalisé à partir de cuir végétal. » Le tannage végétal (aussi connu sous le nom de « tannage à l’écorce ») est un procédé de tannage ancestral qui précède l’histoire écrite. Il consiste à utiliser les tanins issus des écorces du marronnier et d’autres essences d’arbres dotées de propriétés tanniques telles que le chêne et la pruche. Cette opération lente exige d’immerger les peaux crues à l’intérieur de tonneaux pour une durée de deux à quatre jours afin de produire un cuir dense et ferme qui a du corps. Les cuirs à tannage végétal présentent des caractéristiques uniques et naturelles, en plus d’être respectueux de l’environnement et de vieillir en beauté au fil du temps ». ( extrait tiré d’un texte disponible sur le site https://www.m0851.com/store/m0_cad_fr/caracteristiques-du-cuir/)

Une teinture lui donne son aspect final. Ici, j’ai concocté une couleur aubergine pour la partie supérieure et cuivrée pour le bas. On obtient une couleur unique puisqu’elle est réalisée artisanalement.

Les coutures sont réalisées à la main au point sellier. Des heures de patience, mais aussi une caractéristique propre aux sacs haut de gamme.  Le fil ivoire des coutures est un fil très résistant dit sinew, celui-là même qui est utilisé pour la fabrication des cordes d’arcs.

Autres photos et description complète : sac en cuir couleur aubergine

SAH-29-Aubergine

SAH-29-Aubergine